PATHOLOGIE


PATHOLOGIE
PATHOLOGIE

PATHOLOGIE

Terme de médecine, «pathologie» désigne la science qui cherche à établir, par l’observation et l’expérimentation, les lois de l’anormalité dans le domaine biologique. Est pathologique tout ce qui s’oppose, au sein d’un organisme, au plein exercice des fonctions (vie végétative, reproduction et comportement). Un tel état est souvent, mais pas nécessairement, lié à une atteinte à l’intégrité des structures de cet organisme. En revanche, toute atteinte à ces structures n’entraîne pas nécessairement un déficit fonctionnel. Telle est l’origine de la dialectique qui continue d’opposer, en psychopathologie par exemple, les tenants de la pathologie fonctionnelle et ceux de la pathologie organique.

La pathologie dite générale s’est peu à peu dégagée de ce genre de débat parce qu’elle s’est progressivement fondée sur tout un ensemble de données objectives. Celles-ci permettent de vérifier si les mécanismes vitaux s’inscrivent ou non, chez un sujet donné, dans le cadre de variations réversibles autour d’un noyau de valeurs normatives. La solidité avec laquelle on détermine les éléments normatifs dépend de la nature et de la précision des moyens d’investigation dont disposent les hommes de science. C’est pourquoi la pathologie fut d’abord anatomique avant de devenir histologique et cytologique, puis biophysique et biochimique.

La pathologie moderne est de plus en plus moléculaire, en ce sens qu’elle vise à situer les anomalies au niveau discret de la structure des macromolécules biologiques. De même, en élucidant les troubles de l’information génétique, on a réussi à expliquer certains défauts de l’équipement enzymatique, donc du métabolisme, et, par suite, des désordres physiologiques ou des anomalies tissulaires et anatomiques.

Bien entendu, la pathologie humaine n’est qu’un secteur privilégié au sein d’un ensemble plus vaste, qui englobe la pathologie animale. La pathologie comparée s’efforce de dégager les traits communs entre ces deux domaines connexes. En particulier, la pathologie des relations sociales trouve dans l’étude des comportements animaux des schémas structurels intéressants. Les autres secteurs de la biologie ont individualisé des branches autonomes de la pathologie: pathologie végétale, pathologie des micro-organismes. Enfin, on peut transposer aux écosystèmes certains enseignements de la pathologie des relations entre les organismes vivants.

pathologie [ patɔlɔʒi ] n. f.
• 1550; gr. pathologia
1Science qui a pour objet l'étude des maladies, des effets qu'elles provoquent (lésions, troubles). Pathologie animale. Pathologie végétale. Pathologie moléculaire. Pathologie mentale. psychopathologie.
2Maladie. « les coûts des pathologies liées au tabac » (Le Monde, 1998).

pathologie nom féminin Étude des maladies, de leurs causes et de leurs symptômes. Ensemble des manifestations d'une maladie et des effets morbides qu'elle entraîne. ● pathologie (citations) nom féminin Marcel Proust Paris 1871-Paris 1922 […] Chaque classe sociale a sa pathologie. À la recherche du temps perdu, la Fugitive Gallimardpathologie (expressions) nom féminin Pathologie cellulaire, étude des altérations fonctionnelles et morphologiques de la cellule et des éléments tissulaires sous l'influence des causes morbides. Pathologie comparée, étude et comparaison des maladies qui se manifestent à la fois chez l'homme et chez les animaux. Pathologie expérimentale, production volontaire de maladies chez l'animal ou même, sous certaines conditions strictes, chez l'homme afin d'en faire l'étude clinique, physiopathologique et thérapeutique. Pathologie végétale, synonyme de phytopathologie. ● pathologie (synonymes) nom féminin Pathologie végétale
Synonymes :

pathologie
n. f. MED
d1./d étude scientifique, systématique, des maladies.
d2./d Ensemble des signes pathologiques par lesquels une maladie se manifeste. Une pathologie complexe.

⇒PATHOLOGIE, subst. fém.
MÉDECINE
A. —Science qui a pour objet l'étude des maladies. Professeur, cours de pathologie. Il avait relu justement la veille, en feuilletant son ancien manuel de pathologie, les pages sur les abcès rétropharyngiens, qui font saillie dans l'oesophage (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p.918). La pathologie moderne montre qu'il n'y a jamais de trouble rigoureusement électif, mais elle montre aussi que chaque trouble est nuancé selon la région du comportement à laquelle il s'attaque principalement (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p.146):
1. Le fonctionnement du coeur est étroitement lié à celui des autres organes, poumons, estomac, muscles, cerveau, etc.: la physiologie nous l'enseigne, et la pathologie le démontre à chaque instant, en nous faisant assister aux désordres cardiaques provoqués par le trouble des autres organes.
MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p.196.
Pathologie générale. ,,Partie de la pathologie qui traite des éléments communs à toutes les maladies (...), considérés en eux-mêmes et non plus dans leurs groupements constituant les différents types morbides`` (GARNIER-DEL. 1972).
Pathologie expérimentale. Étude des maladies à partir d'affections provoquées artificiellement chez un animal. La pathologie expérimentale a pour objet de connaître la loi de génération de croissance et de cessation des maladies (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.85).
Pathologie externe. ,,Partie de la pathologie qui concerne les affections justiciables le plus souvent d'un traitement chirurgical`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Pathologie interne. ,,Partie de la pathologie qui concerne les affections justiciables le plus souvent d'un traitement médical`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Pathologie comparée. Étude comparative des maladies communes à certaines ethnies ou communes aux hommes et aux animaux. Déjà des arguments empruntés à la pathologie comparée des races ont été invoqués à l'appui de l'hypothèse du peuplement ancien de l'Amérique par des éléments venus d'Océanie (Hist. sc., 1957, p.1394).
Pathologie animale. Étude des maladies propres aux animaux. Cette maladie [le nanisme] est d'ailleurs bien connue en pathologie animale, où elle a été étudiée sur le plan génétique et physiopathologique (QUILLET Méd. 1965, p.493).
P. anal.
Pathologie végétale. Étude des maladies des végétaux. La pathologie végétale, la défense des cultures, les avertissements agricoles ont connu leur premier développement pour et par la vigne et dans beaucoup d'autres domaines (LEVADOUX, Vigne, 1961, p.8).
Pathologie forestière. ,,Partie de la botanique qui traite des maladies affectant les arbres et les peuplements forestiers`` (MÉTRO 1975).
B. —1. Science qui étudie l'ensemble des maladies concernant un organe ou un système organique particulier, un élément biologique ou anatomique précis. Pathologie du foie, du système nerveux, du rein; pathologie cardiovasculaire, moléculaire, chromosomique. À la suite de la découverte des rayons X par Roentgen, naît une science nouvelle la radiologie qui va transformer la pathologie respiratoire (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p.90). Virchow s'empara du monde anthropologique allemand beaucoup moins à cause de son autorité d'anthropologue, qui était très minime, et, même, de sa valeur scientifique —notamment en pathologie cellulaire —que par son autorité d'homme politique (MARIN, Ét. ethn., 1954, p.29). La pathologie du pancréas sera envisagée à part avec le diabète dans le chapitre des maladies de la nutrition (QUILLET Méd. 1965, p.469).
Pathologie mentale. Synon. de psychopathologie. Plus sûrement encore, de nombreuses observations de télépathie relèvent de la pathologie mentale seule, et ne sont appuyées sur aucun phénomène paranormal authentique (AMADOU, Parapsychol., 1954, p.28).
2. Étude des maladies concernant un groupe, ou un type humain particulier. Pathologie professionnelle, infantile. La pathologie gémellaire parle nettement dans le même sens. Farland et Meas ont recueilli, à cet égard, des faits très significatifs, que cite Lockhart-Mummery dans un ouvrage où il défend brillamment la thèse génétique du cancer (CUÉNOT, J. ROSTAND, Introd. génét., 1936, p.119). La lutte contre (...), le développement de la maladie du sommeil dans le bassin du Congo, tels sont les exemples les plus fameux des rapports qui unissent la pathologie dite tropicale et la géographie humaine (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p.289).
Pathologie sociale. Étude des maladies engendrées par les phénomènes de tension liés à l'environnement social ou culturel d'un groupe humain. Bien entendu, au début, c'est surtout la pathologie sociale qui a fait appel à Freud, pour une meilleure connaissance des personnalités désadaptées ou des situations de crises (Traité sociol., 1968, p.411).
3. Pathologie du langage. Étude des troubles de l'expression orale, en particulier des aphasies et des troubles de l'acquisition du langage:
2. Il n'est pas douteux, en effet, que la doctrine de Pierre Marie ait fait son chemin et qu'elle ait eu l'heureux effet de dissiper une série de nuées encombrant l'étude de la pathologie du langage, qu'elle ait eu l'immense mérite de centrer l'étude de l'aphasie sur le point de vue psychologique en montrant qu'il s'agissait avant tout d'un trouble intellectuel...
Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p.254.
4. P. anal. J'ai fait un traité de pathologie de l'ame, où sont classées toutes ses affections morbifiques, leurs symptômes, leurs principes et leurs remèdes (JOUY, Hermite, t.2, 1812, p.369). J'aurais affirmé qu'une telle erreur des sens est impossible si l'on pouvait établir rien de certain dans le domaine obscur de la pathologie passionnelle (A. FRANCE, Crainquebille, Pierre gravée, 1904, p.219). Je veux dire que j'ai une répugnance difficile à surmonter pour la physiologie et la pathologie d'un certain mysticisme, surtout quand —comme c'est le cas chez Zinzendorf —la personne du Christ y est mêlée (DU BOS, Journal, 1923, p.362).
REM. 1. -pathologie, élém. de compos. servant à construire des subst. sav. désignant une spécialisation de l'étude des maladies. a) Neuro-pathologie, subst. fém. Science qui étudie les maladies du système nerveux et des nerfs. Charcot a complété les travaux de Duchenne de Boulogne, son «maître en neuro-pathologie», il les a amplifiés en s'attachant aux atteintes médullaires chroniques (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p.674). b) Physio-pathologie, subst. fém. Ensemble des observations physiologiques et pathologiques concernant un groupe de maladies, ou les maladies particulières à un système organique. Physio-pathologie des toxi-infections. L'étude de la physio-pathologie endocrinienne du pancréas ne s'est pas limitée au diabète (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p.764). c) Psychopathologie, subst. fém. Science qui étudie les maladies mentales et les troubles psychiques. La pathologie, et même une certaine «psychopathologie de la vie quotidienne» connaissent ces actions en marge du contrôle même lointain de la volonté (RICOEUR, Philos. volonté, 1949, p.39). d) Socio-pathologie, subst. fém. Science qui étudie les maladies généralement d'ordre psychologique créées par un environnement social ou culturel particulier. Il n'est pas impossible, dans certains cas, de parler d'une socio-pathologie des classes et fractions de classes, dans laquelle pourraient intervenir des concepts nouveaux tels que ceux de vitalité, de choc (stress), de schizoïdie collective (Traité sociol., 1968, p.385). 2. Pathologue, subst. masc. Synon. usuel de pathologiste (infra dér.). Soit que certains pathologues aient raison de prétendre que les malades atteints de lèpre tuberculeuse deviennent aisément satyriases... (RICHEPIN, Flamboche, 1895, p.236).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1550 (H. FIERABRAS, Méthode Chirurgicale, chap.1 ds DELB. Notes mss). Empr. au gr. «étude des passions» (LIDDELL-SCOTT). V. FEW t.8, p.14. Fréq. abs. littér.:193.
DÉR. Pathologiste, subst. et adj. (Celui, celle) qui est spécialiste de pathologie. Les pathologistes seraient conduits à étudier les lésions du milieu intérieur aussi bien que celles des organes. Ils auraient à tenir compte de l'influence des états mentaux sur l'évolution des maladies des tissus (CARREL, L'Homme, 1935, p.341). []. Att. ds Ac. dep. 1878. 1re attest. 1765 (Encyclop. t.12, p.171); de pathologie, suff. -iste.

pathologie [patɔlɔʒi] n. f.
ÉTYM. 1550; du grec pathologia; → Patho-, et -logie.
1 La pathologie. Science qui a pour objet l'étude et la connaissance des maladies, des effets qu'elles provoquent (lésions, troubles). Biologie, physiologie (→ Expérience, cit. 43; 1. général, cit. 22; gynécologie, cit. 1.; malade, cit. 22). || La pathologie humaine, branche de la médecine. || Pathologie générale : science « qui traite des éléments communs à toutes les maladies (causes, lésions, symptômes), considérés en eux-mêmes et non plus dans les groupements constituant les différents types morbides » (Garnier). || Pathologie spéciale ou descriptive. || Pathologie externe. || Pathologie interne. || Pathologie mentale. Psychopathologie.Pathologie cellulaire. || Pathologie expérimentale. || Pathologie comparée (→ Normal, cit. 1), étude comparative des états et des phénomènes morbides dans les différentes espèces animales. || Pathologie animale, vétérinaire. || Pathologie végétale, branche de la botanique.
Spécialt. Pathologie animale, notamment humaine.
1 La connaissance des maladies et des causes qui les déterminent, c'est-à-dire la pathologie, nous conduira, d'un côté, à prévenir le développement de ces conditions morbides, et de l'autre à en combattre les effets par des agents médicamenteux, c'est-à-dire à guérir les maladies.
Cl. Bernard, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, Introd.
2 La médecine psycho-somatique a spécialement étudié la filiation entre l'émotion, le trouble fonctionnel, la lésion organique, mettant en évidence la réalité de ce processus à trois étapes dans les domaines les plus divers de la pathologie (…) Par exemple, au cours de la période de tension émotionnelle collective que connurent les Londoniens pendant les bombardements aériens de la guerre de 1940, les médecins anglais ont signalé l'extraordinaire augmentation des cas d'ulcères gastroduodénaux, voire de perforations de ces ulcères, sous l'influence de l'épouvante.
Jean Delay, la Psycho-physiologie humaine, p. 113-114.
tableau Noms de sciences et d'activités à caractère scientifique.
2 Une pathologie. Maladie, trouble pathologique. || Les pathologies liées au tabac, à l'alcool. || « Les causes de la dermatite atopique sont bien connues. C'est une pathologie du système immunitaire, avec une prédisposition génétique » (le Monde, 17 avr. 2000, p. 14). || Les pathologies nerveuses.
DÉR. Pathologique, pathologiste.
COMP. Anatomopathologie, psychopathologie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pathologie — Sf Lehre von den Krankheiten per. Wortschatz fach. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus ml. pathologia, dieses aus gr. pathología zu gr. páthos Leid und logie. Adjektiv: pathologisch.    Ebenso nndl. pathologie, ne. pathology, nfrz. pathologie,… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Patholŏgie — (v. gr.), Krankheitslehre, Haupttheil der Arzneikunde. Sie findet nicht blos auf Menschenkrankheiten, sondern auch auf Krankheitszustände von Thieren, ja selbst von Pflanzen Anwendung u. wird dann auf die menschliche angewendet (vergleichende P …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pathologie — (griech.), die Lehre von den Krankheiten, ruht wesentlich auf der Erkenntnis der anatomischen Veränderungen, welche die Organe unter abnormen Lebensbedingungen erfahren (pathologische Anatomie), und auf der Kenntnis der Veränderungen der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pathologie — Pathologīe (grch.), Lehre von den Krankheiten, handelt von den Krankheitsanlagen (physiol. P.), den Krankheitsursachen (Ätiologie), der Entstehung der Krankheiten (Pathogenīe oder Semiotik) und den Krankheitszeichen (Symptomatologie). Die… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pathologie — Pathologie, Krankheitslehre, die Lehre von den abnormen, krankhaften Veränderungen im Organismus. Man unterscheidet allgemeine u. specielle P., letztere auch Nosologie genannt. Jene behandelt die Verhältnisse der Krankheiten im Allgemeinen, die… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Pathologie — Pathologie: Der seit dem 16. Jh. bezeugte Fachausdruck bezeichnet den Teil der Medizin, der sich mit den Krankheiten, ihrer Entstehung und den durch sie hervorgerufenen organisch anatomischen Veränderungen beschäftigt. Er ist aus mlat. pathologia …   Das Herkunftswörterbuch

  • pathologie — PATHOLOGIE. s. f. Terme dogmatique, Partie de la medecine qui traitte des maladies …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pathologie — Als Pathologie (aus griechisch πάθος, páthos „Leiden(schaft), Sucht, Pathos“ und logos „Wort, Vernunft, Sinn, Lehre“) wird in der Medizin die Erforschung und Lehre von der Herkunft (Ätiologie), der Entstehungsweise (Pathogenese), der Verlaufsform …   Deutsch Wikipedia

  • Pathologie — La pathologie (Grec ancien παθολογία [pathologia], « étude des passions », soit « étude des maladies »)[1], est la science qui a pour objet l étude des maladies [2] et notamment leurs causes (étiologie) et leurs… …   Wikipédia en Français

  • Pathologie — Pa|tho|lo|gie 〈f. 19; unz.; Med.〉 Lehre von den Krankheiten [<mlat. pathologia; zu grch. pathos „Leiden, Krankheit“ + logos „Wort, Rede, Kunde“] * * * Pa|tho|lo|gie, die; , n ↑ [ logie]: 1. <o. Pl.> (Med.) Lehre von den Krankheiten, bes …   Universal-Lexikon